Consultations en :

  • Luxembourgeois
  • Français
  • Allemand

Deuil et joie de vivre

Me contacter en toute discrétion

Séminaires ETEKI asbl

Conscientisez vos valeurs, vos besoins, vos
sentiments, ...

"Dans la vie on ne fait pas ce que l'on veut Mais on est responsable de ce que l'on est"

Jean-Paul Sartre


"Être soi et vivre ce que l'on a à vivre!"

Olivia Ruiz

Un sujet, responsable de ce qu‘il est, est un individu ayant acquit la capacité d’utiliser le JE dans son langage. Ce JE implique que l’individu devenu sujet ou « en devenir d’être sujet » s’exprime par rapport à soi, à ses sentiments, ses besoins et ses désirs, mais surtout par rapport à ses vécus intérieurs, ses attentes qui sont en étroit lien avec ses désirs. Son langage n’est plus accusatoire, mais explicatif par rapport à son ressenti et donc beaucoup plus conciliant et humanitaire.

D’après Marshall Rosenberg, ce style de communication accusatoire a des racines philosophiques et politiques très profondes. Avec ce mode de communication l’être humain est tourné vers ce qui se passe en dehors de lui. Or si un individu est relié à ce qui se passe dans son for intérieur, il n’appartient plus à la race des sujets soumis et dociles.

L’être s’exprimant en JE fait aussi la différence entre ses besoins et ses désirs. Et de plus le sujet ou l’individu en devenir d’être sujet est beaucoup plus critique à ce qui se passe autour de lui. Il a sa propre opinion, ne se laisse pas convaincre par n’importe quel argument, surtout si cet argument va à l’encontre de ses propres besoins et ses propres valeurs morales, et il gère les conséquences de ses opinions et actes.

Dans mon travail d’éducatrice graduée il m’est donc important que je puisse accompagner le bénéficiaire

  • vers une attitude critique, pour qu’il ne consomme pas aveuglement,
  • pour qu’il apprenne à choisir ce qui lui convient sur son « chemin de devenir sujet »,
  • vers une expression en JE pour qu’il puisse mieux cerner ce qui lui est propre.

Éduquer veut dire, réfléchir à ce qu’il convient de faire, communiquer quelques ficelles d’éducation élémentaire pour que le bénéficiaire puisse trouver confiance en ses propres moyens. Ceci se fait par le langage, par l’écoute, par l‘utilisation de media (dessins, écriture, ...) !

Et selon Miguel Benasayag dans son livre « Les passions tristes »: « Le projet d’écoute et d’aide à l’autre doit passer par un travail préalable sur soi dont le but est de ne pas voir en la personne une étiquette. Mais cela ne suffit absolument pas, il faut aussi aller au-delà et aider l’autre, l’individu ou la famille, à se désolidariser de cette étiquette à laquelle il s’identifie souvent et qu’il assimile parfois à un mode d’être au monde. » Ceci se fait par le langage, la parole et s’installe alors la vue sur la multiplicité de l’individu ou de la famille et l’on découvre, avec ceux qui nous côtoient, les potentialités que chacun possède. En découvrant ses compétences, ses propres capacités on développe un devenir adapté à soi et on peut être au monde de façon créatrice, dynamique, moins réactionnelle, moins violente.

Dans ce contexte,

  • il est également important de connaître:
  • la multitude de facettes de ses sentiments,
  • le moyen de parler de soi en utilisant le Je,
  • son propre ressenti et ses besoins,
  • le sens de ses comportements
  • la communication relationnelle qui privilégie le partage, la mise en commun et la mise en mots

pour arriver au „courage d’être soi“.